PaaS ou SaaS ? Quelles sont les différences entre ces 2 modes cloud ?

PaaS ou SaaS ? Quelles sont les différences entre ces 2 modes cloud ?

Vous souvenez-vous de l’époque où l’installation d’un logiciel dans une entreprise nécessitait l’enregistrement du contenu d’un ou plusieurs DVD sur le poste de travail ? Pour le développement de logiciels plus personnalisés, il fallait parfois acquérir un serveur dédié qui pouvait être très coûteux… À cette époque, il n’était possible d’accéder à ces ressources que sur site.

Le cloud a grandement simplifié l’utilisation des logiciels informatiques en entreprise, et aujourd’hui, il s’est généralisé. Cependant, à côté du modèle “SaaS” qui était jusqu’ici le modèle cloud le plus courant, on entend de plus en plus parler du modèle PaaS. Découvrez quelles sont ses différences et pourquoi ce modèle gagne de plus en plus de terrain.

Que signifie l’acronyme “aaS ?

L’acronyme “aaS”, qui correspond aux mots anglais “as a service“, (“en tant que service”) signifie que les entreprises ont accès à des ressources informatiques en ligne, par le seul biais d’une connexion internet.

Il décrit une manière radicalement différente de consommer les ressources informatiques. Au lieu d’acheter, d’installer et de gérer des serveurs ou un centre de données sur site pour héberger l’informatique traditionnelle, les entreprises achètent des services informatiques auxquels elles accèdent à la demande via une connexion Internet.

Ceci est rendu possible par le cloud. Le cloud computing est une technologie qui repose sur un réseau de multiples centres de données qui fournissent la capacité d’hébergement nécessaire pour stocker des logiciels et des données. Ce réseau est mutualisé entre plusieurs utilisateurs qui peuvent s’y connecter à distance pour accéder aux logiciels et données informatiques dont ils ont besoin.  

Une entreprise n’a donc plus l’obligation d’installer un logiciel particulier sur site, ni d’acquérir et d’entretenir du matériel lourd (serveurs, datacenter pour l’héberger. Grâce au cloud, elle peut disposer de ressources informatiques à la carte en se connectant en ligne contre le paiement d’un abonnement de service à un prestataire.

C’est le gros avantage de l’informatique en nuage (cloud computing) : elle dispense les entreprises d’acquérir des matériels et des logiciels, et d’affecter des moyens pour en assurer la maintenance et la mise à jour au quotidien. Tous ces services sont externalisés, c’est-à-dire, sous-traités à une société tierce.

Non seulement, les entreprises utilisatrices réalisent de grosses économies, mais elles gagnent aussi du temps qu’elles pourront consacrer à leur cœur de métier.

Quelle est la définition de SaaS ?

SaaS et PaaS sont les deux modèles de cloud computing les plus fréquents.

SaaS (software as a service), est un modèle de cloud dans lequel l’utilisateur peut accéder à la demande à un logiciel d’application hébergé dans le nuage. Il s’y connecte au moyen d’une connexion internet, d’une application mobile ou d’un client de bureau (une application tierce permettant de se connecter à un serveur distant).

Dans le mode SaaS, les utilisateurs n’ont pas besoin d’installer ou de maintenir l’application logicielle correspondante. Lorsqu’ils veulent utiliser un applicatif particulier, ils n’ont qu’à se connecter au service correspondant en ligne pour commencer à l’utiliser immédiatement.

Le fournisseur SaaS offre l’application, l’infrastructure nécessaire pour la fournir, les mises à jour, le stockage de cette application et des données ainsi que la maintenance de l’ensemble. C’est un service tout compris, en échange duquel l’entreprise utilisatrice ne paie qu’un abonnement mensuel ou annuel.

Ce modèle est idéal pour les entreprises qui ne disposent pas du temps ou des ressources nécessaires pour gérer leur propre infrastructure d’application.

En outre, elles n’ont pas à se soucier des mises à niveau ou des correctifs de sécurité, car ceux-ci sont pris en charge par le fournisseur du SaaS.

Quelques exemples types de l’emploi d’une application en mode SaaS

Le mode SaaS convient particulièrement dans les cas suivants :

  • Pour les TPE/PME ne disposant pas des compétences ou de la bande passante pour gérer le déploiement et les mises à jour de logiciels.
  • Pour les projets à court terme nécessitant une mise en œuvre rapide ;
  • Lorsqu’une application doit être disponible à la fois sur le web et sur appareil mobile ;
  • Lorsque l’utilisation de l’application en question est très saisonnière (par exemple, un logiciel de préparation des liasses fiscales) ;
  • Pour les entreprises qui souhaitent faire collaborer des employés et les prestataires dispersés sur une très vaste zone géographique, par exemple.

Un exemple concret de SaaS

Le bouquet de logiciels bureautiques Microsoft 365 offre un excellent exemple de solution en mode SaaS.

Les logiciels sont hébergés sur les centres de données de Microsoft, et l’entreprise utilisatrice paie un abonnement en fonction du nombre d’utilisateurs et de l’éventail de fonctionnalités qu’elle souhaite utiliser.

Microsoft se charge lui-même d’héberger les données et les logiciels, de faire évoluer ces derniers, d’installer les mises à jour et de sécuriser le système. Pour l’utilisateur, c’est transparent : il n’a rien d’autre à faire qu’à utiliser les applications et à payer son abonnement.

microsoft 365

Les avantages du mode SaaS

Les arguments suivants expliquent pourquoi le modèle cloud SaaS connait un si fort engouement :

  • Un logiciel SaaS est facile à utiliser. Il ne nécessite qu’une simple connexion au service pour accéder à toutes ses fonctionnalités.
  • Le SaaS dispense les entreprises utilisatrices d’affecter des ressources humaines et financières pour l’utilisation de leurs logiciels. La mise en œuvre, la mise à jour et la maintenance de ces outils sont assurées à distance par les éditeurs.
  • Les logiciels en mode SaaS ouvrent la porte du travail à distance, parce qu’ils sont utilisables n’importe où et n’importe quand, à partir de n’importe quel appareil, dès lors que l’on dispose d’une connexion Internet.
  • Ils ne nécessitent pas d’espace de stockage pour leur installation.

Quelle est la définition de PaaS ?

Le modèle cloud Platform-as-a-Service (PaaS) fournit aux utilisateurs une plateforme complète, prête à l’emploi et hébergée dans le cloud, pour développer, déployer, maintenir et gérer des applications et des outils personnalisés pour leur entreprise.

En plus du logiciel, les utilisateurs bénéficient d’une plate-forme de développement dotée de son langage de programmation ainsi que d’une gamme de services nécessaires à la programmation d’un applicatif sur mesure.

Ces fonctionnalités et outils peuvent inclure des bases de données, des solutions de stockage, des systèmes de messagerie, des outils d’analyse et des modules.

Le modèle PaaS permet ainsi de déployer une application adaptée à des besoins spécifiques et de la faire fonctionner rapidement, tout en limitant les coûts consacrés au matériel.

Les avantages du mode PaaS

Le PaaS offre de nombreux avantages, notamment :

  • Il ne requiert pas de compétences approfondies en matière d’administration système ;
  • Il permet de créer des applications complexes et de grande taille sans avoir à se doter de l’infrastructure correspondante ;
  • Comme le PaaS fournit une plate-forme avec des composants logiciels intégrés, ce n’est pas un développement logiciel à partir d’une feuille blanche. Cela réduit le volume de code à programmer et permet donc de gagner du temps et de l’argent ;
  • L’entreprise utilisatrice n’a pas à prendre en charge les mises à jour et la configuration des serveurs, des réseaux, etc. Le fournisseur de PaaS s’en occupe lui-même.

Quelques exemples types de l’emploi d’une application en mode PaaS

Le modèle PaaS est approprié lorsque :

  • Une entreprise veut concevoir des logiciels uniques et personnalisables sans avoir à réaliser de gros investissements.
  • Une entreprise veut se consacrer à la création, aux tests et au déploiement d’un logiciel, mais sans avoir à prendre en charge les mises à jour logicielles, l’allocation de mémoire et la gestion des autres paramètres d’exécution du logiciel.
  • Lorsque plusieurs développeurs travaillent sur le même logiciel, ou lorsque des tiers sont impliqués dans le développement d’un logiciel, une plate-forme de travail commune pourra faciliter leur collaboration.

Un exemple concret de PaaS

Avec Force.com, Salesforce est le premier à avoir proposé une plate-forme de développement de type PaaS. Force.com offre la possibilité à ses utilisateurs de personnaliser leur CRM pour l’enrichir de leurs propres applications.

Ils peuvent utiliser Apex, un langage de programmation similaire à Java pour construire des applications et adapter les modules existants à leurs exigences métier.

Tout le code programmé en Apex profitera automatiquement des mises à jour Salesforce, au même titre que l’ensemble des autres outils et modules fournis par la plate-forme.

Quelles sont les principales différences entre SaaS et PaaS ? 

  1. Les utilisateurs de PaaS sont des développeurs, alors que les utilisateurs de SaaS n’ont pas besoin d’avoir des notions de programmation pour les utiliser.
  2. Le mode PaaS nécessite un paramétrage et une installation par l’utilisateur. Dans le mode SaaS, l’utilisateur n’intervient pas dans ces domaines.
  3. Les données et l’application sont gérées par l’utilisateur dans le mode PaaS, tandis qu’elles sont gérées par l’éditeur dans le mode SaaS.
  4. Le risque d’erreurs est très faible en mode SaaS, et sa résolution est à la charge du fournisseur de l’application. Dans le mode PaaS, c’est l’utilisateur qui doit corriger les éventuelles erreurs et remettre en route l’application.
  5. Le coût d’un logiciel en SaaS est un forfait tout compris, alors que dans le mode PaaS, il dépend des services individuels réellement utilisés.
  6. Le mode PaaS ne fournit pas une application prête à l’emploi, contrairement au mode SaaS.
  7. Le déploiement d’une application en mode PaaS est généralement plus long que celui d’un logiciel SaaS qui peut être quasi immédiat dans certains cas.

Conclusion

PaaS et SaaS offrent tous deux de grands avantages aux entreprises utilisatrices désireuses d’alléger leur infrastructure informatique sans renoncer à l’emploi d’applications sophistiquées.

La principale différence entre ces 2 modèles cloud est que le modèle PaaS fournit aux utilisateurs une plate-forme et des outils pour créer des applications, tandis que le modèle SaaS fournit aux utilisateurs des applications abouties auxquelles ils peuvent accéder à la demande.

Le mode PaaS offre donc une possibilité de personnalisation qui n’est pas offerte dans le mode SaaS. Mais en contrepartie, il réclame des compétences en programmation qui ne sont pas nécessaires pour ce dernier.

Votre entreprise est basée à La Réunion et vous souhaitez en savoir plus sur les services cloud ? Youtell, spécialiste réunionnais de l’hébergement cloud expert en cybersécurité vous propose de profiter d’un cloud 100 % péi. Contactez-nous dès aujourd’hui pour étudier la possibilité de nous confier l’hébergement de vos données et applications métiers.

Vous êtes à la recherche d'accompagnement pour votre entreprise ?